• Le laser CO2 : mon expérience | 1

mai 08, 2018

Hello tout le monde ! Je vous retrouve aujourd'hui avec un article assez sensible aussi bien pour vous  (cf. les photos, âmes sensibles s'abstenir) que pour moi. Comme je vous le disais dans mon article "Mon combat contre l'acné", même en étant 1 an sous Roaccutane, l'acné m'a laissée de vilaines cicatrices pigmentaires et en creux. Pour vous ce ne sont que des cicatrices superflues qui ne se voient pas forcément ou du moins il faut vraiment se concentrer dessus pour les voir; pour moi c'est presque l'enfer de vivre avec. Je n'ai pas connu mon visage avec des cicatrices donc j'ai beaucoup de mal à les accepter et à les laisser de côté. 

* Ma décision *

Lorsque j'ai terminé mon traitement Roaccutane en février 2017, j'ai demandé à ma dermatologue s'il était possible de faire des séances de laser pour atténuer mes cicatrices. Elle m'a dit que oui, qu'il n'y avait aucun souci, seul petit bémol : il fallait attendre 1 an après la fin du traitement pour que les couches de ma peau se régénèrent intégralement. Je lui ai demandé si elle pouvait me recommander l'un de ses confrères ou l'une de ses consoeurs spécialisé(e) dans le laser CO2. Vu qu'elle avait fait un travail formidable je lui faisais entièrement confiance. Elle m'a recommandée l'un de ses confrères. Ni une ni deux, j'ai contacté le cabinet pour prendre rendez-vous en juillet 2017. Je savais qu'il était trop tôt mais je voulais avoir un rendez-vous assez rapidement pour pouvoir rencontrer mon nouveau dermatologue, voir si le feeling passait (c'est important d'être en confiance), etc. Si ça n'allait pas j'en aurais cherché un autre. Comme vous pouvez vous en douter tout s'est bien passé, il m'a bien conseillée, il m'a demandée de reprendre des rendez-vous pour voir l'évolution de ma peau, m'a expliquée qu'il était tout à fait possible de faire des séances de laser, etc. Ouf, je retrouvais peu à peu espoir. De mon côté, pendant l'attente du Jour J, j'ai fait quelques recherches sur le laser CO2, ce que c'était vraiment, les effets indésirables que cela causait, si ça fonctionnait vraiment (je veux bien souffrir mais y'a des limites quand même) et ... je n'ai pas trouvé grand chose. Sur internet j'ai trouvé des brochures, sur Instagram des comptes de dermatologues qui "vendaient" leurs séances avec des photos avant/après photoshopées, autant vous dire que ça ne m'avançait pas vraiment. J'avais bien évidemment confiance en mon docteur mais je voulais tout de même voir ce qui m'attendait histoire de me préparer psychologiquement. 

* Qu'est-ce que le laser CO2 ? *

Le laser CO2 est comme son nom l'indique un laser composé d'un mélange de gaz carbonique, d'azote et d'hélium qui provoque une abrasion profonde de la peau qui est similaire à une brûlure. On l'utilise pour atténuer des cernes, des rides, des tâches pigmentaires, effacer un tatouage et pour les cicatrices d'acné. Les séances sont prises en charge par la sécurité sociale et la mutuelle seulement si c'est une intervention à caractère médical et non esthétique. 

Le spécialiste utilise une machine qu'il règle en fonction de l'intensité que peut supporter la peau, le but étant d'aller du moins fort au plus fort. C'est pour cela qu'une séance test est proposée de façon à voir si la peau ne fait pas de réaction allergique ou si les tâches de rousseur ne s'accentuent pas. Lors de l'intervention, le spécialiste vise seulement les zones qui en ont besoin à l'aide d'un calibre soit circulaire soit carré. 

Avant l'intervention, le visage est désinfecté puis anesthésié grâce à une crème anesthésiante. Il est aussi recommandé de prendre un antibiotique contre l'herpès par précaution pour ne pas qu'il se développe et attaque tout le visage.

Après l'intervention, des soins sont à faire : nettoyer, désinfecter, laisser respirer. Nettoyer avec un antiseptique et des compresses en appuyant simplement sur les "plaies". Désinfecter avec une crème contre le staphylocoque doré et les autres maladies de la peau, en effet notre peau est très vulnérable, il lui manque des couches d'épiderme qui la protège donc toutes les bactéries qui circulent dans l'air et autre peuvent l'attaquer. Laisser respirer en n'appliquant rien d'autre sur sa peau que ce que je vous ai énuméré précédemment et de la brume d'eau thermale pour soulager la peau. Bien évidemment, il est fortement recommandé de ne pas sortir les 3-4 premiers jours pour ne pas être exposé aux UV qui sont présents avec ou sans le soleil. Pour les jours qui suivent, la peau va peler et il faudra la laisser se détacher naturellement. Plus aucune peau morte n'est visible après 10 jours après le traitement.

* Mon expérience *

Février 2018 : La séance test 
Je fais une première séance test de laser CO2. Je ne sens presque rien à part sur une petite zone qui n'était pas entièrement anesthésiée. L'odeur de la peau cramée est désagréable, pour tout vous dire je puais le cochon grillé. Ma peau n'est pas rouge quand je ressors du cabinet, c'est seulement quelques heures plus tard qu'elle le devient. Je n'ai pas mal en continu, parfois ça chauffe mais j'ai ma brume d'eau thermale pour me soulager. La cicatrisation se fait plutôt bien et assez rapidement, je constate que la profondeur des cicatrices a diminué. 

Mars 2018 : Les résultats de la séance test 
Je vois mon dermatologue pour qu'il puisse voir l'évolution de ma peau suite à la séance test. Il est plutôt ravi, mes tâches de rousseur n'ont pas été accentué (c'est entre autre pour cela qu'on avait décidé de faire la séance test sur une zone où j'en avais pour voir comment ça évoluerait). On parle de la séance prochaine où là ce sera tout le visage qui y passera. Il me conseille de venir et de repartir accompagnée, déjà parce que je risque d'avoir mal mais aussi parce que avoir une zone de 4cm2 brûlée ce n'est pas la même chose que de voir son visage entièrement "brûlé". Il m'avance également mon rendez-vous d'une semaine pour pouvoir me suivre de près avant qu'il ne parte en vacances au cas où je développerais une infection ou si je me pose des questions sur l'évolution de ma peau. C'était vraiment adorable de sa part. Je suis repartie du cabinet plus confiante et plus déterminée que jamais. 

Avril 2018 : La séance sur tout le visage
Jour J. J'arrive au cabinet, le docteur me pose la crème anesthésiante sur tout le visage #soglam. Il réitère l'opération 30 minutes plus tard pour que mon visage soit complètement endormi, du moins son élasticité. C'était assez bizarre comme sensation, je ne pouvais plus parler distinctement vu que les lèvres bougent habituellement et là non, elles ne voulaient plus coopérer, j'avais l'impression d'avoir eu des piqûres d'acide hyaluronique dans les lèvres, attention Kylie Jenner I'm in da place !. Ok j'avais juste la sensation pas le résultat ... bon, soit. Donc j'avais la tronche complètement anesthésiée. L'heure fatidique arrive. Je m'installe, il me désinfecte, me met des lunettes de protection, me rassure. Mais j'ai peur, très peur, des tas de questions me viennent en tête "Et si j'avais vraiment mal ?" "Est-ce que ça en vaut vraiment la peine ?" "Et si il me loupe ?" "Et si c'est pire qu'avant ?" "Et si je n'ai pas les résultats escomptés ?" "Et si ..." tant de questions auxquelles je n'avais pas de réponse. "Bon, on y va, je vais commencer par la joue droite." m'a-t-il dit. *respire* *inspire*. Et là, il a commencé, je n'ai pas eu trop mal à part à quelques endroits qui n'étaient pas totalement anesthésiés comme ossature du menton par exemple. Je puais les gars, je sentais le cochon grillé, sans rire. C'était affreux. Lorsqu'il a fini ma joue droite j'avais l'impression qu'elle avait doublé de volume (ok, donc je sens le cochon grillé et je ressemble à un hamster qui a pris un gros coup de soleil, j'ai pas signé pour ça moi). La joue droite me semble moins gonflée et me fait moins mal bizarrement, je n'ai pratiquement rien senti. Au niveau du front, la douleur allait. La séance a dû durer entre 30 et 45 min : installation, mise en place, mise en oeuvre. Il m'a de nouveau expliquée la procédure à suivre pour les soins et m'a demandée de revenir 2 jours plus tard pour voir comment ma peau cicatrisait, lorsque je l'ai revu il était assez satisfait et confiant pour la suite.

Avril 2018 : Les jours post-intervention
Les jours qui ont suivi l'intervention allaient, j'ai connu pire comme sensation mais j'ai connu mieux. Pendant les deux premiers jours, je sentais que ma peau était vulnérable, à vif, les picotements dus à la sensation de brûlure était bel et bien présents. Je ne pouvais pas manger comme bon me semblait puisque cela impliquait d'ouvrir grand la bouche et d'avoir la peau qui tiraille encore plus, j'évitais également de rire ou de trop parler. Le troisième jour, j'ai vu que ma peau commençait à peler à certains endroits ou à crouter à d'autres, c'était bon signe ! Le seul souci que j'ai rencontré était la sortie dehors, je devais aller chez le dermatologue, c'était la journée la plus chaude de la semaine, même si je marchais à l'ombre parfois il m'arrivait de croiser des rayons de soleil et là ça chauffait les gars, ÇA CHAUFFAIT ! heureusement ma brume d'eau thermale était là. Je suis seulement sortie pour voir mon dermato et ensuite je suis restée cloitrée chez moi telle une vampire qui ne pouvait pas vivre à la lumière du jour. L'hibernation et l'hydratation sont les seuls mots d'ordre lorsque l'on effectue ce genre d'intervention, croyez-moi. Ce qui m'a posé problème pendant les premier jour c'est le sommeil, je ne devais pas poser mon visage sur mon oreiller sous peine de me retrouver coller à lui puisque j'avais une crème à appliquer pour favoriser la cicatrisation ... Je devais donc dormir sur le dos ... pas évident quand on a pour habitude de dormir sur côté et sur le ventre, mais bon on s'y fait. Ce qui est dur aussi, c'est de se retenir de ne pas se gratter, il faut vraiment prendre son mal en patience, croyez-moi. J'ai ressenti le besoin de me gratter quand j'ai commencé à peler sauf que 1) je ne pouvais pas arracher ma peau #frustration 2) je ne pouvais pas me gratter ... cette période a duré 4 jours, c'était insoutenable. T'es là, tu ressembles à un serpent, ça te gratte et tu peux rien faire. Après ces 4 jours, tout allait bien mieux !


Mai 2018 : Mon avis
Au début, environ 1 semaine après l'intervention, j'étais bluffée par le résultat. Mon visage était encore un peu bouffi mais je n'avais aucune marque, aucun creu sur le visage, ma peau était lisse, c'était hallucinant. Le reflet de mon miroir me montrait un nouveau visage bien plus beau que celui que j'avais connu jusqu'alors. J'étais plus que satisfaite. Je revivais, vraiment ! Malheureusement, cette joie n'aura duré que quelques jours, le temps que mon visage dégonfle et fasse apparaitre les traces existantes. Psychologiquement ça a été dur. Je le savais qu'une séance n'allait pas tout arrangé ... Néanmoins, après réflexion, je reste satisfaite de cette première intervention. Les photos parlent d'elles-mêmes (je pense, non ?), il y a eu une évolution, pas énorme, mais il y en a eu une. Je trouve que ma peau est plus souple, moins terne et elle présente moins de défauts. Ma joue gauche est parfaite, le peu de cicatrices que j'avais sur cette joue sont parties, pour ce qui est de ma joue droite les creux se sont atténués, c'est un bon début. Mon dermatologue est satisfait du résultat, il prévoit d'augmenter l'intensité lors des prochaines séances. Il m'a prescrit une crème solaire dépigmentaire pour : 1) protéger ma peau fragile du soleil 2) enlever les pigments rouges de mes cicatrices. Je reste optimiste pour la suite. 
Cette expérience m'a fait prendre conscience qu'avec ou sans cicatrice(s) je pouvais être belle, que je pouvais me plaire et plaire aux autres. Avec ou sans cicatrice(s) je reste moi-même à part entière, ce sont des petits défauts qui font partie de ma vie, qui racontent une histoire que certes je n'aurais jamais voulu connaitre, mais elles sont là. 
En attendant les prochaines séances, je vais prendre soin de ma nouvelle peau comme il faut : pas de soleil sur mon visage, crème cicatrisante et patience sont mes remèdes pour les prochains mois ! 

J'espère que cet article pourra aider certain(e)s qui voudrait sauter le pas. N'ayant vu que peu  ou pas d'articles français sur ce sujet avec des photos je me dis que j'ai pu ajouter (à mon niveau) ma petite pierre à l'édifice avec cet article.

Avez-vous (eu) des complexes qui ont fait que vous avez pris la décision de les éliminer grâce à une intervention médicale/chirurgicale ? 

A bientôt pour un prochain article ! Angélique 

You Might Also Like

2 commentaires

  1. On la refait puisque ca n'a pas marché la première fois... je disais donc! Tu peux être fière d'avoir eu le courage de te lancer là dedans et les résultats sont déjà dingues je trouve! Ta joue gauche est trop belle, et la joue droite a déjà bien changé, imagine après les 3 séances!!

    RépondreSupprimer
  2. Je te remercie ❤️ Oui c'est vrai ... ça risque d'être encore plus hallucinant, du moins je l'espère ! 🙏🏻

    RépondreSupprimer