• Etre professeur des écoles remplaçante ✎

mars 04, 2018

Hello tout le monde ! Aujourd'hui je vais vous parler un peu plus de mon métier, pour ceux qui ne le sauraient pas je suis professeur des écoles remplaçante (T1) aussi appelée TR, TRB, TRS, ZIL dans certains départements (l'Education Nationale aime bien les sigles). Contrairement aux idées reçues ou aux préjugés, je suis également professeur comme les professeurs que je remplace, j'ai passé le concours comme eux et ai les mêmes qualifications qu'eux ("Je pourrais parler à la maitresse ? Oui je suis la maitresse. Non mais la vraie maitresse !" ne rigolez pas, c'est du vécu). 

A l'approche du mouvement (les PE me comprendront pour les autres qui ne le sont pas ce sont des phases où l'on fait nos voeux pour avoir un poste l'année prochaine), je me suis dit qu'il serait utile que je vous parle de mon ressenti sur ce poste qui est un peu parfois trop dénigré. 

L'année dernière, j'ai participé pour la première fois au mouvement, quel périple mes amis ! Etant  l'une des plus jeunes PES de ma promo et n'ayant pas d'enfants, mes  chances pour avoir un poste qui pourrait  me plaire étaient littéralement réduites à néant (attention, parfois des miracles existent, rien n'est perdu !!!). Tous les voeux que j'avais fait (1ère et 2ème phases) ne concernaient que des postes fixes ou fractionnés avec une ou plusieurs classes à l'année, c'est ce que je voulais, pour moi,  c'était catégorique :  je ne voulais pas être remplaçante

Je ne voulais pas être remplaçante ...

Depuis tout petite je voulais être maitresse d'école, j'ai tout fait pour y parvenir. A l'obtention du concours, je me disais que c'était bon je pouvais ENFIN avoir ma propre classe après mon année de stage. J'étais loin, très loin de la réalité, j'étais également loin, très loin du quota de points requis pour décrocher un poste dans une bonne école proche de chez soi. Bref, c'est le jeu. J'ai donc appris qu'il me fallait minimum 10 ans pour obtenir un poste fixe avec ma propre classe dans le secteur que je voulais. Avec mon point (oui LE pauvre point que l'on te donne à la fin de ton année de stage) j'ai obtenu mon poste de remplaçante à la 3ème phase du mouvement, je l'ai appris officieusement le 26 août et officiellement le 29 août. Je l'ai assez mal vécu puisque j'allais être remplaçante et c'était tout ce que je ne voulais pas. Après coup, je me suis dit que vu le timing ce n'était pas si mal d'être remplaçante, je ne voyais pas comment j'aurais pu préparer correctement ma période 1 en moins d'une semaine. Je suis de nature introvertie, je n'aime pas les changements et j'aime savoir où je vais, en étant TR c'était tout le contraire qui allait se produire. 

... et pourtant !

A ma grande surprise, mes premières semaines se sont bien passées. J'ai commencé l'année avec un remplacement de 3 semaines dans mon école de rattachement avec un double niveau, j'ai pu alors prendre mes marques, sympathiser avec les collègues, prendre en notes leurs précieux conseils. J'ai ensuite enchainé des remplacement d'une demi-journée, de quelques jours, d'une semaine ou encore de quelques semaines. Le contact avec les collègues des écoles s'est très bien passé dans toutes les écoles où je suis allée puisque la majorité est passée par la case "remplaçant(e)" dans leur carrière, du coup, je pense que ça y fait beaucoup dans leur bienveillance. 

Voilà maintenant 6 mois que je suis TR et j'adore ce poste, si on m'avait dit ça il y a 6 mois, je ne l'aurais pas cru ! En septembre dernier je me voyais comme un véritable bouche-trou de l'Education Nationale maintenant je me vois plus comme une plus-value pour mes collègues et les élèves que j'ai en face de moi. Alors oui, ce n'est pas rose tous les jours, parfois on tombe sur des classes difficiles avec des élèves qui ne vous respectent pas mais malheureusement ça fait partie du métier qu'on soit titulaire ou remplaçant(e). En 6 mois je ne suis tombée que sur 3 classes difficiles (tous niveaux confondus).

* * *

Un poste avec quelques inconvénients ...
  • ne pas avoir sa propre classe et par conséquent ne pas pouvoir entreprendre de gros projets 
  • devoir s'adapter à la/au titulaire de la classe et à la disposition de sa classe 
  • ne pas savoir où l'on va de semaine en semaine 
  • devoir faire de la route (cela peut être un point négatif pour certain, cela ne me dérange pas trop) 
  • devoir sympathiser avec de nouvelles équipes pédagogiques 
  • se retrouver face à public difficile pendant un certain temps 
  • devoir corriger tous les exercices avant de partir de l'école lorsque l'on ne remplace qu'une journée 
... mais de nombreux avantages ! 
  • Les ISSR sont une prime pour chaque mois qui comptabilisent les frais de déplacements entre notre école de rattachement et l'école où l'on remplace, ça arrondit bien les fins de mois ! 
  • C'est très formateur puisque l'on découvre tous les cycles, tous les types de classes. J'ai déjà pu remplacer dans une classe de PS-CP et  dans une autre où il y avait CP au CM2. On découvre aussi de nouvelles méthodes d'apprentissage, de nouveaux ateliers, de nouveaux publics également : j'ai pu aller dans des écoles en REP, en IME l'un avec des élèves qui avaient des troubles comportementaux et l'autre où les élèves avaient des troubles cognitifs et en classe ULIS.
  • A force de faire des remplacements, de tourner dans les écoles : on connait les équipes pédagogiques (bonne ou mauvaise ambiance) et les élèves (respectueux ou non) de chaque école. C'est bête mais c'est utile pour nos prochains voeux pour le mouvement ... par exemple, l'année dernière j'avais mis un poste en 2ème phase dans mes premiers voeux parce qu'elle était "proche" de chez moi ... et bien heureusement que je ne l'ai pas eu ! Maintenant je sais quelles écoles je devrai viser pour le mouvement de cette année.
  • Ne pas avoir sa propre classe peut aussi être un avantage dans le sens où si l'on se retrouve face à des élèves irrespectueux ou qui nous agacent on peut se dire que ce n'est pas grave, dans x jours on ne les reverra plus. #evilteacher
  • On ne tombe pas dans la routine, chaque semaine ou chaque mois on voit quelque chose de nouveau, j'apprécie que mes semaines ne soient pas rythmées de la même façon.
  • Au niveau des préparations c'est le must-have : pas de programmations ni même de progressions à préparer juste quelques séquences par-ci, par-là qui pourront être utilisées dans les différents cycles. 
  • Pas de LSUN à remplir et vous savez combien c'est un bon point vu que le LSUN est saturé les 3/4 du temps.
  • On est une plus-value dans notre école de rattachement. Lorsque nous n'avons pas de remplacement nous devons aller dans notre école de rattachement soit pour travailler sur nos préparations soit pour apporter notre aide. A chaque fois que je suis dans mon école de rattachement, je m'arrange pour aider mes collègues et je peux ainsi travailler avec un petit groupe allant de 2 à 10 élèves maximum. C'est ultra bénéfique pour nos petits loups ! 
  • On fait preuve de créativité et d'imagination lorsque rien n'est prêt, cela peut être considéré comme un inconvénient pour certain mais ça fait partie intégrante du métier et même en étant prise au dépourvu j'ai toujours su rebondir. 
  • En CP et CE1, la logique est la même lorsque l'on remplace : le matin c'est lecture, fichier de lecture, manipulation en mathématiques, fichier de mathématiques et l'après-midi EPS, QLM, AV ou anglais. Dans ces niveaux, on réussit facilement à se dépatouiller si rien n'est prêt.
  • Le gros point non négligeable : on retrouve la saveur de nos soirées, nos week-ends et une bonne partie de nos vacances.
* * *

Ce poste m'a réellement fait évoluer aussi bien personnellement que professionnellement. Chaque jour j'apprends un peu plus et j'essaye de perfectionner au mieux ma pratique. Je prends en notes tout ce que je vois dans les classes où je vais et qui pourrait m'être utile lorsque je serai titulaire de ma classe. 

Je ne peux pas clairement vous dire "postule pour un poste de TR" ou "ne postule pas pour un poste de TR", tout dépend de vous, de vos attentes, de vos projets et des avantages et inconvénients que j'ai évoqué précédemment.

Voilà, j'espère que mon ressenti sur ce type de poste vous a un peu plus éclairé et vous a un petit peu prouvé que ce n'était pas un poste si déplaisant que ça !

Amis de la #TeamPe, qu'avez-vous comme poste ? Le poste de TR vous tenterait-il ?
Ceux qui ne sont pas PE, quels étaient vos a priori sur le métier de prof remplaçant ?

A très vite pour un prochain article ! Angélique 

You Might Also Like

2 commentaires

  1. Article super intéressant et qui se lit vite !
    C'est sympa de voir le rôle de remplacant d'une autre manière :)
    Bisous

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci ! :)
      Oui je pense que ça casse un peu les préjugés que l'on peut avoir dessus (moi la première je les avais)
      Des bisous

      Supprimer